Percussions du monde arabe

dsc_0160

Ali Alaoui enseigne actuellement à l’Ecole des musiques vivantes Music’halle et est le responsable du département de musique arabe. Parmi les disciplines enseignées : cours de chant arabe, percussions du monde arabe et atelier orchestre, culture rythmique.

Pour plus d’informations, vous pouvez télécharger le programme pédagogique (fichier pdf de 9.5 Mo) de son enseignement des musiques et percussions du monde arabe.

Lieu : Music’Halle, 105 route de Blagnac, Toulouse

Horaire :

Débutants : lundi, 18h-20h

Intermédiaires-avancés : lundi, 20h-22h

Travail des instruments de percussions des traditions du Moyen Orient et du Bassin Méditerranéen

- Derbouka
- Riqq
- Daff
- Qarqabous
- Bendir
- Taarijas

Technique instrumentale

- Apprentissage des rudiments de la darbouka.
- Tenue du corps, positionnement des mains et maîtrise de l’indépendance.
- Sensibilisation à la richesse des sons.
- Technique instrumentale soliste : art de la variation rythmique et choix de la palette sonore à partir › d’un rythme ou d’une structure musicale.
- Découverte et pratique des autres percussions orientales.

Culture musicale et rythmique

- Découverte des différents courants musicaux présents dans le monde arabe
- Apprentissage des principaux rythmes et polyrythmies qui y sont pratiqués.
- Rythmes corporels et chant.
- Maîtrise des pulsations, des tempos et des variations rythmiques.
- Assimilation des tournures de rythmes : binaires, ternaires et composés.

Développement artistique

- Travail sur l’improvisation.
- Travail sur la direction musicale avec l’instrument.
- Travail sur la transmission et la pédagogie.

Percussions_JOB_2012

Création de la DARBOUKADA

N&BGroupe1

Le projet « Darboukada » est né de la volonté de Ali Alaoui de créer un ensemble déambulatoire et dansant autour des percussions du monde arabe et de créations musicales métissées.
Ces compositions et arrangements polyrythmiques sont inspirés de musiques à la fois orientales et occidentales, traditionnelles et modernes, savantes et populaires. En effet, Ali Alaoui a joué et dirigé des formations aux styles très divers (musiques du monde arabe, musiques médiévales et occitanes, musiques actuelles) et oriente ainsi ses créations vers le métissage.

Ce concept de déambulation se retrouve notamment au Maghreb, avec des orchestres tels que la Daqqa, les Aissawa ou les Gnawa de plus en plus populaires auprès du public occidental. Ces formations utilisent des instruments tels que le bendir, le tambour ou la taâreja.

L’originalité de la « Darboukada » repose sur le mariage de ces instruments traditionnellement utilisés avec l’instrument soliste par excellence dans le monde arabe, la « darbouka ».
L’instrument enlacé au corps du musicien à l’aide d’une sangle, dialogue avec les autres instruments rendant ainsi hommage aux arts des percussions.

Dans cet ensemble en perpétuel mouvement, la gestuelle et les rythmes sont intimement mêlés.
L’impulsion créatrice d’Ali Alaoui s’exerce à même les musiciens, chaque corps, devenant instrument chantant et dansant, s’harmonise à ses semblables pour construire une unité vibrante d’une densité sonore étonnante.

L’ensemble, composé d’une dizaine de percussionnistes, est sous la direction artistique d’Ali Alaoui qui compose, arrange et chorégraphie ce projet.

 

 

Laisser un commentaire